Association de la construction du Québec

Vous utilisez un navigateur obsolète. S'il vous plaît, mettez à jour votre navigateur pour améliorer votre expérience.

Pénurie de main-d’œuvre : l’ACQ estime que certains métiers de la construction pourraient se retrouver en situation de pénurie au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Communiqué | Saguenay / Lac-Saint-Jean

Partager Pénurie de main-d’œuvre : l’ACQ estime que certains métiers de la construction pourraient se retrouver en situation de pénurie au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Plus d’un mois après avoir dévoilé les résultats d’une étude réalisée par la firme Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) démontrant le manque de près de 20 000 travailleurs dans l’industrie de la construction, l’Association de la construction du Québec (ACQ) a présenté aujourd’hui, à l’Hôtel Universel d’Alma, le portrait de la situation pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Selon l’étude de RCGT, il manquera en moyenne plus d’une quarantaine de travailleurs par année au cours des 10 prochaines années dans la région.

Certains métiers pourraient se retrouver en situation de pénurie

Lorsque l’on compare la situation du Saguenay-Lac-Saint-Jean à celle de plusieurs autres régions du Québec, on remarque que si la situation se maintient, il ne manquera pas autant de travailleurs dans la région à court terme. En effet, les enjeux de main-d’œuvre dans la région sont loin d’être aussi prononcés que dans les régions des grands centres urbains, mais l’analyse de l’ACQ révèle tout de même que la situation pour certains métiers pourrait être problématique.

En regardant la situation de plus près au tableau 1, on s’aperçoit que quelques métiers comme briqueteur-maçon, mécanicien de chantier, poseur de systèmes intérieurs ou boutefeu et foreur pourraient se retrouver en situation de pénurie de main-d’œuvre dans la région si rien n’est fait pour prévenir la situation.

« La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean semble moins affectée par la pénurie de main-d’œuvre en construction que la région du grand Montréal ou la région de Québec, par exemple. Toutefois, lorsque l’on observe la situation à long terme, nous pouvons observer que les métiers de briqueteurs-maçons et mécaniciens de chantier risquent de frapper un mur vers 2024-2025. Dans une région comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’impact d’un manque de main-d’œuvre peut avoir des conséquences assez néfastes sur la chaîne de production des travaux », souligne l’économiste de l’ACQ, Jean-Philippe Cliche.

Tableau 1 - Analyse des écarts entre la demande et l’offre de main-d’œuvre – Région du Saguenay-Lac-Saint-Jean

L’ACQ estime cependant qu’il faut prendre les résultats de l’étude avec prudence dans la région. « En fait, dans une région comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean, il s’agit qu’un projet d’envergure voit le jour pour créer un débalancement complet de l’offre et de la demande de main-d’œuvre en construction. En fait, la situation évaluée par RCGT ne tient pas compte du fait que des projets importants dans le secteur de l’aluminium ou dans le gaz naturel pourraient voir le jour dans la région au cours des prochaines années. Ceci ferait en sorte de créer une pression importante sur la main-d’œuvre, et nous devons y voir dès maintenant », estime Jean-Philippe Cliche

Une région exportatrice de main-d’œuvre

À la lumière des informations recueillies par l’ACQ, on constate que la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean arrive première parmi les régions exportatrices de main-d’œuvre. En effet, les travailleurs de la région ont effectué plus de 6 millions d’heures de travail au cours de l’année 2018, alors qu’il s’est travaillé près de 5 millions d’heures dans la région. Au final, pour chaque 10 heures travaillées par un salarié de la construction saguenéen, 7 heures sont effectuées au Saguenay-Lac-Saint-Jean et 3 heures dans une autre région du Québec.

« On remarque que les salariés domiciliés au Saguenay-Lac-Saint-Jean vont travailler ailleurs que dans leur région de domicile, notamment dans la région de la Baie-James, où ils arrivent premiers en termes d’heures travaillées, ainsi que sur la Côte-Nord, où ils arrivent au 4e rang des régions exportatrices de main-d’œuvre », constate M. Cliche.

Les conséquences d’une industrie qui roule à plein rendement

Un an après avoir tiré la sonnette d’alarme, l’ACQ admet que la situation est maintenant plus problématique que jamais et que les entrepreneurs en construction vivent difficilement avec les conséquences de cette pénurie.

Selon un sondage de la Commission de la construction du Québec (CCQ) datant du mois d’août 2019, les entrepreneurs en construction sont unanimes : seulement 1 % d’entre eux croient que les difficultés à embaucher sont moins intenses que dans les 12 derniers mois. Dans le même sondage, 77 % affirment ne pas avoir été en mesure de pourvoir tous leurs postes de compagnons, 67 % leurs postes d’apprentis et 72 % leurs postes d’occupation.

Or, les conséquences sont majeures : les entrepreneurs affirment que leur entreprise est moins rentable ou concurrentielle (62 %), ils refusent des contrats (61 %), travaillent plus d’heures eux-mêmes (60 %), alors que plus de la moitié d’entre eux affichent des retards dans la livraison de leurs contrats (58 %). Pour faire face à la pénurie, ils reportent ou étalent des contrats (55 %) ou embauchent et forment des travailleurs moins expérimentés (44 %).

En ce sens, l’ACQ invite le gouvernement Legault à s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre dans l’industrie de la construction en priorité puisque des investissements importants sont prévus en matière d’infrastructures gouvernementales, notamment dans les infrastructures scolaires.

Un virage technologique de plus en plus incontournable

Selon l’ACQ, un virage technologique de grande envergure est une solution incontournable à la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la construction. En fait, l’ACQ fonde beaucoup d’espoir sur l’utilisation des technologies et des nouvelles techniques de production, car elle permettrait non seulement d’améliorer la productivité en chantier, mais elle permettrait aussi d’atténuer les effets de la pénurie de main-d’œuvre.

« L’industrie de la construction est une des moins productives tous secteurs confondus au Canada. Pour améliorer notre productivité, nous devrons améliorer nos méthodes de production et la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean n’en fait pas exception. Si les entreprises de la région veulent continuer de croître et soumissionner sur des projets à l’extérieur du Saguenay-Lac-Saint-Jean, elles devront elles aussi emboîter le pas des nouvelles technologies de la construction », estime l’économiste de l’ACQ.

À cet égard, elle invite les différents paliers de gouvernement à se pencher rapidement sur des solutions pour aider les entreprises, notamment les entreprises de 5 employés et moins, à procéder à un virage technologique important au cours des prochaines années.

L’ACQ en tournée à travers le Québec

Au cours des prochaines semaines, l’ACQ visitera plus d’une dizaine de régions au Québec pour dévoiler les résultats de son étude et proposer aux entrepreneurs en construction une série de solutions à court, moyen et long terme, afin de pallier le manque de main-d’œuvre auquel devra faire face l’industrie dans les 10 prochaines années.

Parmi les solutions avancées pendant la tournée, l’ACQ propose divers changements réglementaires à la CCQ pour, entre autres, améliorer la gestion des bassins de main-d’œuvre, améliorer l’offre de formation dans les régions en fonction des besoins identifiés par l’ACQ et réduire les délais administratifs pour la reconnaissance des acquis pour les nouveaux arrivants et les travailleurs d’industries connexes.

Finalement, l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA), Ressources entreprises et ACCLR accompagneront l’ACQ dans sa tournée pour offrir des conseils aux entrepreneurs en matière de recrutement, de rétention et de programmes de financement en matière d’employabilité et de formation.

Calendrier de la Tournée des régions 2019 de l’ACQ – Pénurie de main-d’œuvre

Date Région Ville
10 octobre MTL Lancement à Montréal
22 octobre EST Sherbrooke
23 octobre OUT Gatineau
29 octobre LL Laval
30 octobre MTG La Prairie
6 novembre MBFL Trois-Rivières
13 novembre ABI Rouyn
19 novembre SAG Alma
21 novembre BSL Rimouski
2 décembre NE Baie-Comeau
3 décembre NE Sept-Îles

À propos de l’ACQ
Principal groupe de promotion et de défense des intérêts des entrepreneurs de l’industrie québécoise de la construction, l’Association de la construction du Québec (ACQ) est le plus important regroupement multisectoriel à adhésion volontaire de cette industrie. En vertu de la loi R-20, l’ACQ est l’agent patronal négociateur pour tous les employeurs des secteurs institutionnel-commercial et industriel (IC/I). L’ACQ représente 17 719 entreprises qui génèrent plus de 62 % des heures totales travaillées et déclarées dans l’industrie. Elle est également présente dans le secteur résidentiel par l’entremise de ses Plans de garantie ACQ (PGA). Grâce à un réseau de 10 associations régionales implantées dans 16 villes du Québec, elle offre à ses membres une multitude d’outils et de services.

Pour information
Guillaume Houle | Relations médias
Téléphone : 514 354-8249, poste 2173
Cellulaire : 514 607-7210
houleg@prov.acq.org
Twitter : @ACQprovinciale

Contact presse et médias

Guillaume Houle
Responsable des affaires publiques

9200, boul. Métropolitain Est
Montréal QC H1K 4L2

Téléphone : 514 354-8249, p. 2173
Cellulaire : 514 607-7210
Sans frais : 1 888 868-3424
Télécopieur : 514 354-8292
Courriel : medias@prov.acq.org

Si vous souhaitez consultez nos communiqués nous vous invitons à consulter notre salle de presse ou encore via CNW.