Association de la construction du Québec

Vous utilisez un navigateur obsolète. S'il vous plaît, mettez à jour votre navigateur pour améliorer votre expérience.

Budget du Québec 2020 : l’ACQ salue la hausse des investissements dans les infrastructures publiques et l’instauration du C3i

Communiqué

Partager Budget du Québec 2020 : l’ACQ salue la hausse des investissements dans les infrastructures publiques et l’instauration du C3i

L’Association de la construction du Québec (ACQ) est satisfaite du dernier budget du gouvernement du Québec, notamment en ce qui a trait à la hausse des investissements en construction qui passeront de 115,4 milliards de dollars à 130,5 milliards de dollars pour les 10 prochaines années. L’instauration du crédit d’impôt à l’investissement et à l’innovation (C3i) représente également une bonne nouvelle selon l’ACQ, puisque les entreprises de construction pourront y avoir accès.

Hausse des investissements dans les infrastructures scolaires

Pour une deuxième année consécutive, le gouvernement du Québec a décidé de bonifier le Plan québécois des infrastructures. Il a notamment augmenté les investissements dans les infrastructures scolaires puisque plus du tiers (5,2 G$) de l’augmentation des dépenses au PQI y sera consacré.

Concrètement, c’est 31 % des investissements qui seront dédiés à l’ajout, l’amélioration ou le remplacement de bâtiments scolaires, alors que 69 % de cette enveloppe sera consacrée au maintien et à la résorption du déficit d’entretien des actifs.

« Il s’agit d’une excellente nouvelle pour notre industrie puisque cela confirme que l’activité dans notre secteur demeurera élevée pour les 10 prochaines années. Toutefois, nous croyons que la pénurie de main-d’œuvre reste le principal obstacle à la croissance des entreprises de construction », soutient l’économiste de l’ACQ, Jean-Philippe Cliche.

Étalement des travaux dans les écoles

L’ACQ tient également à saluer les investissements de 111 millions de dollars prévus pour relocaliser les élèves lors des travaux de construction et d’agrandissement des écoles. Toutefois, pour arriver à maintenir un rythme de production acceptable en situation de pénurie de main-d’œuvre, l’ACQ invite le gouvernement et les écoles à revoir la planification des travaux lors de rénovation et d’agrandissement afin d’étaler les travaux dans les écoles au-delà de la période estivale.

« Étaler les travaux sur une plus longue période permettrait aux entrepreneurs de mieux planifier leur besoin de main-d’œuvre, sans nuire à la qualité de vie des élèves et du personnel. Nous effectuons actuellement des travaux dans les hôpitaux, alors nous pourrions le faire dans les écoles tout en respectant l’environnement d’apprentissage des élèves », souligne le président de l’ACQ, Francis Roy.

Le C3i accessible à l’industrie de la construction

Par l’entremise de son programme C3i, le gouvernement rend accessible aux entreprises de construction des mesures fiscales qui étaient autrefois plus spécifiquement dédiées au secteur manufacturier.

Le gouvernement permet ainsi aux entreprises de construction d’obtenir des crédits d’impôt à l’achat de matériel informatique et de progiciels de gestion, avec une aide pouvant atteindre 20 % des investissements admissibles. Les dépenses admissibles au C3i sont celles excédant 5 000 $.

« En rendant cette mesure accessible à tous les secteurs économiques, dont l’industrie de la construction, le gouvernement fait un premier pas vers un virage technologique essentiel à l’amélioration de notre productivité. D’ailleurs, le 26 mars prochain, nous profiterons de notre passage à l’Assemblée nationale pour faire valoir au ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, nos solutions à ce sujet », avance le président de l’ACQ.

Lutte aux GES

Le budget 2020-2021 prévoit des sommes importantes qui serviront à réduire considérablement les gaz à effet de serre (GES), dont 1,3 milliard de dollars pour le secteur industriel afin de favoriser la décarbonation des entreprises. De plus, 309,5 millions de dollars seront attribués à la réduction des GES pour les bâtiments, soit 175 millions de dollars pour le secteur résidentiel et 134,5 millions de dollars pour le secteur commercial et institutionnel.

« L’objectif du programme est de remplacer la consommation d’énergie fossile par l’électrification. Pour les entrepreneurs, ce sera une belle occasion de participer à la lutte aux GES tout en faisant croître leurs entreprises », mentionne l’économiste de l’ACQ.

Disponibilité et formation de la main-d’œuvre

L’ACQ accueille favorablement les différentes mesures pour contrer la pénurie de la main-d’œuvre et améliorer la formation des travailleurs en entreprise. Entre autres, le gouvernement a annoncé un investissement de 212,7 millions de dollars pour mieux intégrer les personnes immigrantes et attirer des travailleurs étrangers qualifiés, faciliter l’intégration des personnes ayant des contraintes sévères à l’emploi et former la main-d’œuvre en entreprise.

De plus, l’ACQ salue la décision du gouvernement d’investir 17,5 millions de dollars afin d’entretenir les équipements pour la formation professionnelle et la formation générale des adultes, mais se questionne sur le fait qu’il n’y ait aucune somme dans ce budget pour diversifier l’offre de formation professionnelle sur le territoire québécois, notamment dans les régions éloignées.

« Les investissements dans la formation en entreprise nous permettront de former notre monde chez nous lors de l’acquisition de nouvelles technologies. Toutefois, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, nous aurions aimé que le gouvernement entende notre message, fasse des efforts pour diversifier l’offre de formation professionnelle en région et valoriser la formation menant à des métiers de la construction », conclut M. Roy.

À propos de l’ACQ
Principal groupe de promotion et de défense des intérêts des entrepreneurs de l’industrie québécoise de la construction, l’Association de la construction du Québec (ACQ) est le plus important regroupement multisectoriel à adhésion volontaire de cette industrie. En vertu de la loi R-20, l’ACQ est l’agent patronal négociateur pour tous les employeurs des secteurs institutionnel-commercial et industriel (IC/I). L’ACQ représente 17 719 entreprises qui génèrent plus de 62 % des heures totales travaillées et déclarées dans l’industrie. Elle est également présente dans le secteur résidentiel par l’entremise de ses Plans de garantie ACQ (PGA). Grâce à un réseau de 10 associations régionales implantées dans 17 villes du Québec, elle offre à ses membres une multitude d’outils et de services.

À propos de l’ACQ
Principal groupe de promotion et de défense des intérêts des entrepreneurs de l’industrie québécoise de la construction, l’Association de la construction du Québec (ACQ) est le plus important regroupement multisectoriel à adhésion volontaire de cette industrie. En vertu de la loi R-20, l’ACQ est l’agent patronal négociateur pour tous les employeurs des secteurs institutionnel-commercial et industriel (IC/I). L’ACQ représente 17 719 entreprises qui génèrent plus de 62 % des heures totales travaillées et déclarées dans l’industrie. Elle est également présente dans le secteur résidentiel par l’entremise de ses Plans de garantie ACQ (PGA). Grâce à un réseau de 10 associations régionales implantées dans 16 villes du Québec, elle offre à ses membres une multitude d’outils et de services.

Pour information
Guillaume Houle | Relations médias
Téléphone : 514 354-8249, poste 2173
Cellulaire : 514 607-7210
houleg@prov.acq.org
Twitter : @ACQprovinciale

Contact presse et médias

Guillaume Houle
Responsable des affaires publiques

9200, boul. Métropolitain Est
Montréal QC H1K 4L2

Téléphone : 514 354-8249, p. 2173
Cellulaire : 514 607-7210
Sans frais : 1 888 868-3424
Télécopieur : 514 354-8292
Courriel : medias@prov.acq.org

Si vous souhaitez consulter nos communiqués, nous vous invitons à visiter notre salle de presse ou encore via CNW.